Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de TITIUDON

Thaïlande : J'ai 50 ans et fais le point......

50 ans et déjà un sacré bout de chemin parcouru. Je ne connais pas la date de la fin, mais en me retournant je peux dire que j’ai eu une vie extraordinaire et peu commune. Rien ne prédispose les hommes à avoir une vie rangée ou remplie, la vie s’en charge, après à chacun de saisir ou non les opportunités, d’avoir le courage, d’oser de se dépasser, de se donner des challenges soi disant pas à leur  portée. J’ai appris dans ma vie de parachutiste que les limites de l’être humain sont loin de ce que l’on pense. Dans ce monde de peureux, connaître ses limites est une force : je sais ce que c’est que d’avoir faim, soif, peur, froid… Malgré les souffrances, les humiliations, les brimades, jamais je n’ai renoncé. Toute ma vie a été guidée par cet esprit parachutiste qui a fait de moi - du moins je l’espère - un homme droit et juste. Cette expérience acquise et ce mental fort permet de relativiser et d’appliquer ma philosophie de vie qui est ‘’donner de l’importance aux choses importantes ‘’… 

 

Le départ dans la vie est primordial et j’ai eu la chance d’avoir une famille aimante, équilibrée, travailleuse et ou l’on pouvait  échanger et donner son avis. Jamais mes parents ne se sont opposés à mes choix,  même si ils ne les partageaient pas tous…. Ma mère m’a apporté le sens de l’organisation, du travail bien fait et de ne jamais se satisfaire de peu. Avec mon père les relations étaient plus difficiles mais nous nous sommes retrouvés juste avant qu’il nous quitte  à 44 ans… lui une tête de cochon et moi un petit con …. J’avais 22 ans quand il est parti rejoindre ‘’le grand patron’’, j’aurais bien aimé faire un bout de chemin  avec  lui… 

 

J’ai toujours essayé d’être au top de ce que faisais. En 3 ème alors que j’avais eu le BEPC sans forcer et que j’allais en seconde tranquillement j’ai décidé de quitter le milieu scolaire ou je m’emmerdais royalement et avais opté pour un apprentissage de cuisinier contre l’avis des profs bien évidemment…. 

Ils ont tout fait pour me faire revenir dans’’ leur droit chemin’’ mais j’ai tenu bon, j’étais déjà têtu tout petit…..J’ai eu brillamment mon CAP et ai même participé au concours des ‘’meilleurs apprentis de France’’. Ce fut rapide mais enrichissant…. 

 

Après 1 an  de commis de cuisine, l’envie de passer à un autre challenge m’a pris. J’avais goûté aux joies de l’armée pendant ma préparation militaire parachutiste à Nancy et ai décidé de m’engager pour 3 ans au 8ème RPIMA. Là aussi j’aurais pu faire un choix plus simple et qui m’aurais peut être donne une carrière plus facile mais sûrement plus triste et ennuyeuse…. Mais non je voulais être dans l’élite et me prouver que j’y avais ma place. Ce n’était  pas gagné d’avance, loin de là, et j’ai souffert pour y arriver…. J’ai fait mes 15 ans avec une carrière bien remplie et aventureuse. De nombreux pays visités, la découverte de la fraternité militaire, l’honneur de défendre son drapeau. 

 

Après l’armée et la reprise des études pour obtenir un brevet de "gérant économe de collectivité’’ , j’ai eu l’opportunité d’aller travailler sur une plate forme pétrolière au large de Pointe noire au Congo en qualité de ‘’camp boss’’ (responsable de l’alimentation, de la buanderie et du quartier vie).  

La aussi challenge et conditions dantesques : pays en guerre, manque de tout pour organiser la vie de la plate forme. Un combat de tous les jours contre les pénuries et la vie en vase clos…Cette expérience à finie en queue de poisson car je n’ai pas cédé aux pressions et ai été débarqué… 

Ce fût une expérience enrichissante de passer 2 mois en pleine mer sur un bout de ferraille, une sorte de "retraite monastique" qui m’a beaucoup appris. 

 

En 1999 fin de cette aventure et je me pose la question de mon avenir. Je décide de reprendre mon métier de cuisinier que j’avais abandonné depuis 16 ans mais sans jamais avoir arrêté de  cuisiner et de me tenir au courant des évolutions car c’est ma passion. J’avais quitté le milieu de la restauration  comme commis à même pas 18 ans et j’avais maintenant 35 ans. Impossible de prendre une place de subalterne : j'ai décidé de postuler pour une place de chef ou de second. J’ai fait trois ou quatre mois second et ai pris une place de chef sans jamais en avoir eu la pratique. C’est là que l’expérience aide, j’avais appris la gestion et avait de très bonnes bases de cuisine. Pour le coté management et gestion des hommes,  la aussi pas de problèmes : entre l’Armée et une brigade de cuisine il y a beaucoup de point communs… 

Cinq ans dans une plus grosses brasserie de St Malo où j’ai bossé comme un fou en oubliant  parfois de vivre pour moi, hormis pour faire la fête et l’andouille. 

A 40 ans des maîtresses en pagaille mais pas de vie familiale et pas d’enfant. Un ras le bol d’être la vache à lait des impôts, et un jour une envie de vomir rien que de penser que je devais aller travailler. 

C’en était trop, je me détruisais doucement et m’enfonçais dans une routine mortifère. A un problème sa solution et re changement de vie et départ pour m’installer en Thaïlande. Je connaissais un peu le pays pour y avoir séjourné en vacances très souvent et avait beaucoup d’amis installés sur place. Vente de l’appartement et départ avec un sac et un ordinateur. 

Déjà 10 ans que je vis en Thaïlande avec mes joies, mes peines, mes échecs mais aucun regret. 

Un divorce et deux magnifiques enfants et un amour retrouvé avec une femme merveilleuse. 

Je n’oublie pas la richesse d’avoir les mêmes amis depuis 30/40 ans, une chance et un honneur. La fidélité est aussi une de mes valeurs. 

Ma vie est bien plus calme et c’est tant mieux, un moment il faut poser ses valises et prendre le temps de voir ses enfants et l’herbe pousser. Je suis persuadé que chaque personne a un potentiel de conneries à faire et que s’il ne les faisait pas à 20 ans il les fera plus tard…..Sur ce registre, je suis à jour depuis bien longtemps. Comme dit ma mère ‘’il faut que jeunesse se passe mais chez toi ça dure un peu longtemps’’…. 

 Pas de leçon de morale dans ce texte ni de nombrilisme, mais juste un témoignage pour dire que le hasard est peu présent dans la vie, que l’avenir appartient aux audacieux et que l'on à la vie que l’on mérite que l’on s’est construite. L’échec en fait partie mais ne pas essayer c’est regretter pour le reste de sa vie….

 

Et comme dit un ami vive la vie, en espérant que la suite soit aussi bonne…….

.

Published by TITIUDON - - Ma famille

commentaires

Dominic 28/01/2017 14:04

C'est très joliment dit , content de croiser ton chemin :)

JPSIAM 23/09/2015 07:07

Titi respect, pour moi tu es un super Papa! Je ne te connais pas personnellement mais chapeau TITI!.... Jean-Pierre de Nongkhai

Le blog de TITIUDON

LA VIE EN PAYS ISAN AU NORD DE LA THAILANDE VU DE L INTERIEUR

Compteur de visites

compteur gratuit

 
       

Hébergé par Overblog