Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de TITIUDON

Triste histoire, un fumier de pédophile des mères maquerelles et les victimes dans tout cela...
A vomir.

 

Messagede Lek Issan » 13 Sep 2010, 15:14

Condamné pour pédophilie : l'opération de com' de la justice
Par Laure Heinich-Luijer | Avocate | 12/09/2010

France soir, Europe 1 et France Info se sont fait l'écho du procès d'assises d'un pédophile, Jean-Claude Chamoux. A lire l'article de France Soir, les mères ont été victimes d'un abus de confiance par l'homme. Son avocate, Laure Heinich-Luijer, donne ici sa version. Rue89.
Quinze ans : voilà ce que cela vaut d'avoir violé des enfants en Thaïlande en contrepartie de rémunérations.
Certainement.
Rien et avec les félicitations du jury : voilà ce que cela vaut pour une mère d'avoir tenu sa fille pendant qu'elle se faisait agresser sexuellement par un adulte.
Le box de la cour d'assises est bien vide. Monsieur Z. y comparaît seul. Il y est bien à sa place. Personne ne le conteste, pas même lui.
Il comparaît détenu pour avoir commis huit viols sur des mineures en Thaïlande au cours desquels « les mères aidaient souvent à l'introduction du sexe » et deux agressions sexuelles en France où les mères étaient présentes.
Les mères thaïlandaises s'étaient évaporées et la justice n'avait pas souhaité mettre les mères françaises en examen « par opportunité ». « On » pensait qu'il ne fallait pas enlever sa mère à une petite qui avait déjà subi une agression sexuelle, qu'il ne fallait pas ajouter du traumatisme au traumatisme…
Pas de mise en examen, rien, avec les félicitations de la République.
La justice a accordé le statut de victime à la mère
La mère qui tenait sa fille pendant l'agression (mais elle avait, dit-elle, accepté de mettre un bandeau sur les yeux qui l'avait empêché de voir, de sentir et de réagir…) s'est constituée partie civile devant la cour d'assises, la justice lui accordant ainsi le statut de victime.
A l'heure où le législateur s'interroge officiellement sur le fait de savoir s'il faut sanctionner les parents qui mettent des fessées à leurs enfants, la réalité judiciaire est « frappante »…
Monsieur Z. est assurément un pédophile. Mais il est un pédophile qui agit avec la permission des mères, c'est-à-dire avec la permission de la loi suprême. Cela n'est pas une excuse, même pas une cause d'atténuation, mais cela explique les conditions de son passage à l'acte. Cela explique les remparts qu'il s'était construits et les conditions dans lesquelles ses remparts cédaient face à ses pulsions.
L'expert est venu expliquer que le cadre prostitutionnel et le fait que l'accusé puisse aujourd'hui regarder les choses en face permettait de dire qu'il n'était plus dangereux au sens criminologique.
Réussir à regarder les choses en face, toutes les victimes ne pouvaient pas en dire autant…
La France a montré sa préoccupation à la Thaïlande
L'administrateur ad hoc désigné pour représenter les petites victimes thaïlandaises souhaitait une « décision exemplaire » afin qu'on sache en Thaïlande que « la France se préoccupe et protège les petites victimes à l'autre bout du monde ».
L'image de la France sort peut-être grandie de ce procès, mais qu'en est-il de l'image de la justice ? Que reste-t-il de la justice quand elle a renoncé à rechercher la vérité judiciaire ?
La justice a cédé devant une opération de communication, incontestablement réussie. La France pourra brandir son étendard, agiter bien fort son drapeau en direction de la Thaïlande : un pédophile est en prison.
Que les petites victimes du bout du monde se rassurent, leur agresseur a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle. Quant aux petites victimes françaises, elles sont reparties avec leur mère.
http://www.rue89.com/derriere-le-barrea ... com-166303

 

Published by TITIUDON - - coup de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Le blog de TITIUDON

LA VIE EN PAYS ISAN AU NORD DE LA THAILANDE VU DE L INTERIEUR

Compteur de visites

compteur gratuit

 
       

Hébergé par Overblog