Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de TITIUDON

Article vu sur le Gavroche
http://www.gavroche-thailande.com/actualites/a-la-une/927-cambodge-les-perles-du-routard

Je suis entierement d'accord avec cet article .Le routard et d'autres guides sont souvent un tissu de conneries en tout genre...
Ce qui est dommage c'est que les touristes prennent ceux ci pour une bible du voyage. Cela fait longtemps que les voyageurs ne lisent plus ces bouquins...

Monsieurs et Mesdames Sortez de vos jolis costumes et de vos bureaux et verifiez vos informations sur le terrain.
Sinon Internet vous dévorera bientôt ,vos jours sont comptés...
Futurs voyageurs allez sur les blogs et sur internet en croisant les infos vous serez proche de la vérité.

TITI


Cambodge : "Les perles" du Routard...

Décidément, on ne s'en lasse pas. La sortie du Guide du Routard sur le Cambodge est, tous les deux ans, l'occasion pour les expatriés du petit royaume d'organiser des soirées destinées à relever les innombrables perles, erreurs, non-sens, incohérences et aberrations contenues dans cet ouvrage. Cette année encore, le Routard Cambodge dans son édition 2010/2011 nous a gâtés. Une vraie merveille.
Entre autres inepties, le guide envoie ses lecteurs dans des établissements fermés depuis de nombreuses années, ou encore peste contre l’état de routes qu’il croit encore en pistes défoncées alors qu'elles sont bitumées depuis longtemps.

Et, comble de désinformation, la section urgence de Siem Reap, sur quatre adresses, renvoie à deux établissements fermés et à des chambres « pour touristes » imaginaires au sein de l’hôpital provincial, dont la simple entrée suffit à faire fuir le plus mal en point des aventuriers…

Mais ce n’est pas tout. Voici, faute de place, une liste malheureusement non exhaustive de petites ou grosses erreurs. Dernière remarque : la dernière édition n’est souvent qu’un copier/coller de l’édition précédente puisque des pages entières d’adresses ont été recopiées telles quelles, sans aucune vérification.

"Le guide envoie ses lecteurs dans des établissements fermés depuis plusieurs années"

Aucun intérêt donc à renouveler si vous disposez d’une ancienne édition. Pour ceux qui ont déjà ce guide en poche et qui ont prévu un voyage au Cambodge, voici quelques-unes des corrections ou des précisions à apporter.

« On peut trouver du vin français dans la plupart des restaus (chic) de Phnom Penh et Siem Reap. Mais le vin australien, de plus en plus répandu, est moins cher. »

On trouve du vin partout au Cambodge et depuis de nombreuses années, même dans des gargotes face à Angkor Wat ou des petits restaurants qui sont loin d’être « chics ». Siem Reap et Phnom Penh n’ont pas le monopole.

Le vin se sert dans toutes les autres grandes villes du royaume, y compris dans des endroits reculés comme le Rattanakiri. Enfin, quel mépris envers le vin australien qui est sans appel déclaré « moins cher » que le vin français. Un Yering Station australien à 20 dollars est donc forcément « moins cher » qu’un Louis Chatel à 6 dollars, prix public.

• Le Heart of Darkness est sans nul doute l’endroit où l’on rencontre le plus grand nombre de prostituées free-lance de Phnom Penh. Cet endroit interlope est ouvert jusqu’au bout de la nuit.

Dans les pages d’un guide qui joue traditionnellement les Pères la Pudeur et se refuse, dans son édition thaïlandaise, de traiter de Pattaya, le Heart of Darkness devient « le meilleur bar-boîte de la ville (…) Bon mélange expats, jeunes étudiants cambodgiens. Un judicieux concept, qui ne désemplit pas ». En guise de jeunes étudiants, le touriste trouvera plutôt des « étudiantes » qui ont fait l’école buissonnière…

• Au lieu de détailler tous les pièges à éviter lorsqu’on entre au Cambodge par la route au poste frontière de Poïpet (et ils sont nombreux), le guide se contente de colporter des bruits et une énormité : « 160 kilomètres, encore en grande partie de piste. Prévoir 4 heures de route. La rumeur veut qu’une compagnie aérienne et des officiels corrompus soient à l’origine de l’état honteux de cet axe (…) ».

La réfection de la nationale entre Poïpet et Siem Reap s’est achevée début 2009. Elle met désormais la Cité des Temples à moins d’une heure trente de la Thaïlande sur une très belle double voie bitumée. Même si l’inauguration de cette nationale s’est faite lorsque le guide était sous presse, un simple renseignement auprès de la communauté expatriée en 2008 aurait permis de savoir que le chantier, qui a forcément duré plusieurs années, devait se terminer au début de 2009. Un minimum pour un guide qui imprime 2010/2011 sur sa première page !

"La dernière édition n'est souvent qu'un copier/coller de l'édition précédente"

• Le guide du Routard estime que la taxe d’aéroport de 25 dollars au départ du Cambodge est « un vrai racket ! ». Les autorités et le groupe Vinci gestionnaire des aéroports du Cambodge apprécieront à leur juste valeur ce jugement personnel…

• La section « Urgences » de Siem Reap est la plus pathétique. Le guide envoie ses lecteurs malades se faire soigner dans d’imaginaires « chambres pour touristes » au sein de l’hôpital provincial de Siem Reap ou à Naga Clinic, fermé en février 2007 lors de l’ouverture du Royal International Hospital, filiale ultra-moderne du très célèbre Bangkok Hospital.

Ce dernier a été totalement « oublié » par le Routard alors qu’il trône en bonne place et sur plusieurs étages sur la route de l’aéroport. Quant à la pharmacie Kanya, elle a fermé depuis la mort tragique de sa propriétaire, le jeune et jolie Kanya en 2007 également.

Enfin, le guide ne fait pas mention de deux centres commerciaux, le Lucky Mall sur Sivatha et le Angkor Mall face à la rivière. Côté hébergement ou restaurants, quasiment pas de changements donc, par rapport à la dernière édition ainsi que des établissements fermés qui l’étaient déjà lors du passage du Routard au Cambodge.

Impossible donc pour le rédacteur du guide de brandir l’argument de l’évolution rapide des commerces qui ferment une fois l’enquête réalisée. Il est regrettable, mais le rédacteur est le maître à bord, que ce guide ait également « oublié » de mentionner des établissements qui ont pignon sur rue tenus par des Français depuis bien longtemps.

Certains sont très anciens et n’ont jamais été cités bien qu’ils soient des institutions. D’autres, comme le restaurant-brasserie Le Malraux, très belle demeure coloniale incontournable ouvert il y a deux ans et demi, n’y sont pas « encore » répertoriés, alors qu’ils méritent le détour.

Last but not least, Le Routard voit des expats’ branchés au bar du FCC alors qu’ils sont partout sauf là. Le tribunal, qu’il classe dans les établissements coloniaux, datait des années 1960, mais a été rasé pour laisser la place à des boutiques en 2006. La Poste, autre bâtiment colonial du Routard, est effectivement très vieille, puisqu’elle date du début des années 1990 et n’a absolument aucun charme, contrairement au bâtiment de la Croix-Rouge non loin. Mais peut-être que le Routard a confondu…

Enfin, le guide juge « élevé » le prix d’entrée aux temples. Combien coûte une visite du Louvre ou de Versailles ? Un prix qui « s’est stabilisé depuis quelques années, tant mieux ! », estime encore le rédacteur du guide. Or, le tarif d’entrée au complexe d’Angkor n’a JAMAIS changé. Il a toujours été, depuis 1993, de 20 dollars pour une journée, de 40 dollars pour trois jours et de 60 dollars pour une semaine.

Si l’auteur avait consulté les premières éditions de son propre guide, il aurait au moins évité une bourde… Car s’il y a un prix élevé, ce n’est pas celui du billet d’entrée sur les temples, mais bien les 14,90 euros que coûte le Routard au vu de la qualité des informations qu’on y trouve.

La liste est encore longue des erreurs et inepties, surtout historiques, des affaires fermées ou des jugements de valeur à l’emporte-pièce qui ne sont que des vues de l’esprit ou issus de rumeurs. Le Routard mériterait de passer plus de temps dans le royaume avant de vouloir donner des conseils aux véritables voyageurs. Le Cambodge mérite mieux
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

francois dubosc 19/04/2013 15:20


je ne pensais pas que le guide du routard était nul et bidon a ce point mais j'ai aussi noté des erreurs: par exemple "ils" estiment que le courant d'huchet, une riviere pres de leon,dans
les landes, se jette ds l'ocean à....huchet, alors qu'en fait il recontre la mer a moliets,4 km au sud. on a l'impression que personne chez eux ne se rend sur place! je n'ai pas
acheté un seul de leurs guides en magasin depuis 30 ans, mais j'en ai acheté 3 ds une brocante a 1 euro piece, c'est bien pour les monuments a voir ou l'histoire, et meme s'ils datent de 1999 ce
n'est pas grave puisque rien n'est mis a jour niveau commodités! 

dominique voisin 11/03/2013 22:56


Les touristes veulent de l 'authentique et ont tous le guide du routard à la main .Ils se retrouvent tous au même hôtel !!!!!

TITIUDON 12/03/2013 01:49


Les moutons de panurges....Les guides sont bientot mort et tant mieux c'est souvent un ramassi de conneries...internet a eu leur peaux. Je ne vais pas les pleurer...


yannick 04/11/2012 19:33


Merci pour ces infos sur votre blog


Il y a longtemps que je ne me fie plus au routard pour pseudo-aventuriers râleurs et préfère croiser les infos sur les rapports de voyage et blogs perso


Merci ;-)

mag 14/02/2010 09:53


salut
il y a quelques années,le routard ns avait conseiller un hotel ds une maison de passe au bresil et une cantine ds une soupe populaire au perou
beaucoup d'erreurs ,tres bobo chic ,pas garnd chose de routard !!!!
le petit fute est meilleur et de plus gratuit en integralite sur le net(google livres) vs avez aussi certains guides verts sur ce meme site


Isidro 09/02/2010 22:20


Salut Thierry, j'avais déjà lu cet article dans le gavroche et je suis d'accord qu'il ne faut pas se fier à ce guide(même s'il fournit quelques renseignements valables), je suis allé au
Cambodje en 2007 avec ce guide et j'ai fait le constat et comme tu l'as dit, "Futurs voyageurs allez sur les blogs et sur internet en croisant les infos vous serez proche de la vérité" c'est
ça qu'il faut faire, et ç'est comme ça que je voyage dorénavant.


TITIUDON 11/02/2010 05:01


tres bonne analyse...
titi


Le blog de TITIUDON

LA VIE EN PAYS ISAN AU NORD DE LA THAILANDE VU DE L INTERIEUR

Compteur de visites

 
       

Hébergé par Overblog